Connexion à votre espace
Comment se présente une épreuve de tests psychotechniques ?

Si la majorité des tests psychotechniques se présentent sous la forme de questionnaires « papier », la passation au moyen  de solutions informatiques (tablettes, ordinateurs, plateformes web) se répand de plus en plus, en particulier dans les processus de sélection des entreprises.

 

Quelle que soit le mode de passation, une épreuve est composée de questions, encore appelées items, dont le nombre  et la difficulté varient selon le niveau de sélection souhaité.

La nature des questions est fonction des aptitudes qui sont testées, comme l’aptitude numérique ou le raisonnement inductif. Les questions peuvent être regroupées selon chaque aptitude évaluée (items de mathématiques ensembles par exemple) ou bien être totalement mélangés, sollicitant ainsi davantage la flexibilité mentale du candidat.

 

Dans le cas d’une passation « papier » vous disposez en général de deux documents.

Un livret sur lequel figure les consignes de l’épreuve suivi du questionnaire (de 20 jusqu’à 120 items).

Une feuille de réponse sur laquelle vous devez reporter votre réponse en noircissant des cases numérotées. Ce document est corrigé en général de manière automatique par lecture optique.

Le mode de passation peut être ouvert, libre à vous alors de répondre au questionnaire dans l’ordre que vous souhaitez, ce qui vous permet par exemple de répondre rapidement aux items les plus faciles puis de revenir ensuite sur ceux de plus grande difficulté, ou fermé. Dans ce cas, vous devez répondre aux questions selon un ordre imposé. Par exemple, répondre pendant un temps imparti aux questions de la première section du livret avec interdiction de débuter la section suivante sans y avoir été invité. En général, vous n’êtes pas autorisé à revenir sur les questions d’une section précédente.

 

Dans le cas d’une passation sur matériel informatique, la progression dans le questionnaire est en général linéaire. Une première question vous est présentée et ce n’est qu’après avoir répondu que la question suivante est affichée. Un décompte du temps est en général affiché se référant soit à la durée totale de l’épreuve,  soit au temps  qui a été défini pour chacune des questions. Ce mode de passation est beaucoup plus stressant que le mode « papier » du fait de la contrainte temporelle beaucoup plus prégnante.

Ce mode permet également une progression adaptative. C’est-à-dire qu’il est possible de construire un questionnaire dont la difficulté variera en fonction de la performance du candidat. Par exemple après deux réponses exactes le programme proposera deux questions de plus grande difficulté puis de nouveau deux autres questions plus complexes en cas de nouvelle réussite. Dans le cas contraire, le logiciel sélectionnera deux questions de difficulté moindre.

Les questions peuvent être ouvertes ou fermées.

Dans une question ouverte, vous devez créer votre réponse. On parle de QROC (Questions à réponses ouvertes courtes). Exemple : Donnez une anagramme du mot CHIEN. Vous devrez donc écrire le mot NICHE ou CHINE. Ce type de question permet de recueillir un maximum d’informations, mais n’est guère adapté à une correction automatisée.

Dans une question fermée, vous devez choisir votre réponse parmi plusieurs propositions. On parle de QCM (Question à choix multiples). Exemple :

Question 58 : Parmi les mots suivants lequel est un synonyme du mot : anachorète ?

  1. Ermite
  2. Coquillage
  3. Anorexique
  4. Agoraphobe
  5. Pingre

Vous devrez indiquer la réponse A en respectant les consignes du livret : par exemple noircir sur le document réponse la case A de la question 58.

Les questions fermées présentent l’avantage d’une rapidité, et d’une fidélité de la cotation. Il est aisé de mettre en place une correction automatisée.

Quel que soit le type de question, les réponses sont toutes standardisées, c’est-à-dire justes ou fausses, ne donnant lieu à aucune hésitation ou interprétation.